Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2017

"Le groupe socialiste au Sénat n'est pas dans l'opposition", affirme son président

Senateurs-Socialistes.png"Le groupe socialiste au Sénat n'est pas dans l'opposition", a déclaré jeudi son président Didier Guillaume, précisant que les élus socialistes seraient "exigeants" avec le gouvernement.

"J'ai ré-annoncé hier (mercredi) la position de notre groupe, qui a été prise à une immense majorité, c'est-à-dire que le groupe socialiste au Sénat n'est pas dans l'opposition", a assuré le sénateur de la Drôme sur Public Sénat et Sud Radio.

"Parce que nous voulons que la France réussisse, nous voulons que ce gouvernement réussisse, et donc nous voulons soutenir ce gouvernement, lui donner sa chance", a-t-il justifié. 

C'est une position qui tranche avec celle adoptée par le parti lui-même fin juin, qui avait affirmé en Conseil national son appartenance à "l'opposition" à la majorité présidentielle. 

Le groupe PS à l'Assemblée nationale avait lui choisi une position d'abstention au moment de voter la confiance au gouvernement mardi.

"Mais nous sommes exigeants", a cependant tenu à préciser M. Guillaume, répétant une "triple exigence" de justice sociale, économique, européenne et démocratique.

Concernant Emmanuel Macron, le chef des sénateurs PS a estimé qu'il avait pour l'instant "fait un parcours sans faute à l'échelle internationale, même si (...) sur l'Europe il faut avoir plus de force encore".

"Sur la politique française, l'Assemblée nationale vient d'être mise en place la semaine dernière (...) j'attends pour voir", a-t-il expliqué, soutenant la baisse de la taxe d'habitation, sous réserve d'un "contrat" passé avec les maires, ainsi que "l'augmentation de la CSG en contrepartie de la baisse des charges". 

Il s'est en revanche opposé à "l'augmentation de la CSG +cash+ pour les personnes âgées" et a émis le souhait que l'écologie "ne soit pas synonyme d'impôts et de taxes", alors que le ministre Nicolas Hulot présente ce jeudi un "plan climat" comprenant entre autres une montée en puissance de la fiscalité sur les émissions de CO2. 

Commentaires

Bonjour
Il faudrait quand même que nos parlementaires se parlent pour avoir un discours cohérent
On est ou on est pas dans la majorité
Au sujet des rythmes scolaires,quelle cacophonie !
On vient à peine de mettre en place une organisation et sans en connaître les résultats on change d'organisation.
Sur la Th le seul contrat c'est celui que les électeurs passent avec leurs élus
Pas confiance en la parole de l'état.
C'est une forme de recentralisation.
Gaston (Deferre)au secours!
Camarades socialistes ne perdaient pas espoir,et ne vendaient pas vos âmes.
JL Vignon

Écrit par : Vignon | 07/07/2017

Écrire un commentaire