Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Le premier ministre au Guilvinec

175281331ec64e1f5bcbdb9a0c19fa10.jpgJe participais ce vendredi 30 septembre à la visite du premier ministre Manuel Valls et de plusieurs autres ministres au Guilvinec au sujet des questions de la pêche. L’occasion pour le gouvernement de se mettre à l’écoute des acteurs bretons de la pêche et de préciser sa stratégie dans un environnement européen jugé contraignant pour les professionnels de ce secteur.

On doit avoir à l’esprit que les 650 navires et 2500 marins finistériens représentent 25% de la pêche française et font du Finistère le 1er département français. 50.000 tonnes de poissons sont pêchés chaque année.

Le secteur se porte mieux depuis trois ans mais deux enjeux importants ont été au cœur des discussions :

  • - Le renouvellement de la flotte de pêche ;
  • - Le recrutement difficile des nouvelles générations de marins.

françois marc,sénateur,sénateur françoismarc,manuell valls,premier ministre,peche,pêcheurs,filière,jean-yves le drian,le guilvinec

9e2912a696c95126bfa63f99e70f52e8.jpg

FullSizeRender.jpg

2015-2016 : Notre compte-rendu d’activité

Une du CRA.jpgNous venons de faire parvenir aux élu(e)s du département, avec ma collègue Maryvonne BLONDIN, notre compte-rendu d’activité dressant le bilan de la session parlementaire 2015/2016.

Adressée comme à l’habitude à l’ensemble des élu(e)s du Finistère, cette synthèse annuelle de nos travaux (individuels et conjoints) reprend les actions en direction du territoire que nous représentons.

Cette année, ce document revêt une dimension particulière au vu du contexte actuel. Comme d’autres pays, la France a subi de lourdes attaques terroristes meurtrières durant l’année écoulée et doit désormais faire face à un environnement hautement sécuritaire. La nécessité de dialogue entre les différents acteurs du territoire se fait davantage sentir.

Soucieux de faire le lien avec les élu(e)s du Finistère, maillons essentiels de la cohésion sociale dans nos territoires, nous sommes, plus que jamais, à l’écoute des responsables locaux pour les accompagner dans leur action quotidienne en direction de nos concitoyens.

29/09/2016

Le trou de la Sécurité sociale enfin bouché

FullSizeRender.jpgLors des questions d'actualité ce 29 septembre au Sénat, la ministre Marisol Touraine a rappelé qu’à la fin 2017, le budget de la Sécurité sociale serait enfin équilibré.

En 2017, 3 branches sur 4 seront à l’équilibre, l’assurance-vieillesse dégagera un excédent de 1,6 Md€.

Le "trou de la sécu" qui était de 15 milliards en 2011 sera ramené à zéro grâce à la politique mise en œuvre par le gouvernement. Il est important de rappeler que le redressement des comptes, entrepris depuis bientôt cinq ans, s’accompagne de grandes réformes de structure (revalorisation des consultations chez le généraliste ; virage ambulatoire, développement des génériques ; …) mais aussi de droits nouveaux (compte pénibilité, généralisation du tiers payant, suppression des franchises médicales pour les + modestes, …).

Le PLFSS 2017 poursuit cet engagement, avec notamment le droit à la retraite progressive pour les salariés qui ont plusieurs employeurs, une meilleure protection des travailleurs saisonniers, la création de l’agence de recouvrement des pensions alimentaires, une nouvelles baisse de cotisations sociales pour les indépendants dans le cadre du Pacte de responsabilité et de solidarité.

28/09/2016

Budget de la France pour 2017 : Est-ce cohérent ?

AC20160629-01-financespubliques-migaud.jpgEn ce mercredi 28 septembre 2016, la présentation de la loi de Finances pour 2017 est au cœur du débat public.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, le déficit budgétaire 2017 devrait passer sous la barre des 3% du PIB (2,7%). Une perspective encourageante donc ! On peut à cet égard s’inquiéter à juste raison du laxisme annoncé par des candidats de droite à la présidentielle qui souhaitent faire à nouveau exploser les déficits publics à l’avenir…

Les perspectives tracées par le gouvernement sont-elles recevables ?

Depuis 2012, c’est au Haut Conseil des finances publiques (HCFP), présidé par Didier MIGAUD, qu’il appartient d’apporter une appréciation de fond. La loi indique que ce Haut Conseil "veille à la cohérence de la trajectoire de retour à l’équilibre des finances publiques avec les engagements européens de la France".

La seule question qui vaille est donc de savoir si les perspectives budgétaires 2017 sont ou non "en cohérence" avec la trajectoire pluriannuelle des finances publiques de la France.

Sur ce point majeur, la réponse du Haut Conseil est claire : la France est dans les clous !

Le Haut Conseil indique en effet dans l’avis qu’il vient de rendre officiellement : "l’effort structurel de 2017 est cohérent avec les prévisions de la loi de programmation des finances publiques et du programme de stabilité." (voir l’avis).

La situation est donc parfaitement claire puisque la copie du gouvernement est de fait jugée tout à fait cohérente et en ligne avec les engagements pris par la France.

CQFD.

26/09/2016

Pont de Térénez : Inauguration des belvédères

FullSizeRender.jpgJ’ai participé ce lundi 26 septembre à 16h00 à l’inauguration des belvédères du pont de Térénez à Rosnën.

Pour profiter de la vue sur l’actuel pont de Térénez et la Vallée de l’Aulne, le Conseil départemental a finalisé l’aménagement des aires de stationnement et des belvédères de part et d’autre de l’ancien pont de Térénez.

Les deux belvédères sécurisés permettent de conserver des traces du patrimoine.

Un nombre très important de visiteurs prennent la peine de s’arrêter à ces deux points stratégiques pour une vue superbe sur le nouveau pont, fleuron de l’architecture moderne des ponts suspendus, présentant de ce point de vue un intérêt indéniable.

On peut le dire, cet investissement du Conseil départemental contribue à la mise en valeur de son patrimoine finistérien et à son attractivité touristique.

23/09/2016

Le contrat de 8 milliards enfin signé à New Delhi

mms_20160923_4.jpg

L’accord a été formellement signé ce 23.09.16
par le ministre français de la Défense
et son homologue indien Manohar Parrikar

En tant que président du groupe interparlementaire d’amitié France-Inde, je fais partie ce vendredi à la délégation présente sur place pour la signature officielle du fameux contrat de vente de 36 avions à l’Inde.

Le gouvernement indien vient en effet d’approuver l'achat à la France de 36 Rafale. Cette commande indienne permettra à New Delhi de moderniser sa flotte aérienne vieillissante. Afin de signer l’accord portant sur cette commande, le Président de la République a demandé à Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, de se rendre en Inde ce 23 septembre. A la clé, un contrat à 7,9 milliards d'euros.

On ne peut que se réjouir de voir ces longues négociations de plusieurs années aujourd’hui couronnées de succès…

Inutile de préciser que notre excellent ministre Jean-Yves Le Drian doit être chaleureusement félicité pour avoir fait aboutir ce dossier très difficile.

mms_20160923_3.jpg

Délégation accompagnant le Ministre Jean-Yves Le Drian

19/09/2016

RIO 2016 : Bravo à nos médaillés des Jeux paralympiques

délégation.jpgLes Jeux paralympiques de Rio se sont terminés hier. Alors que le niveau devient de plus en plus exigeant à chaque édition, je salue nos 28 médaillés de l’Équipe de France Paralympique Rio 2016, et bien entendu les sportifs bretons qui se sont investis dans cette compétition internationale qui s’est tenue du 7 au 18 septembre 2016.

Centenaire de la Guerre 14-18 : avec la délégation belge au TREHOU

MESSAIN LE TREHOU sept 2016.jpgDans les premières semaines de la Guerre 1914-1918, de très nombreux soldats d'origine bretonne perdirent la vie dans la région de MAISSIN (ville belge située au confins du Luxembourg). Pour honorer ces milliers de morts bretons, il fut décidé suite à la guerre 14-18, d'acheminer à MAISSIN, un calvaire en granit provenant de la commune du TREHOU. Ce calvaire veille aujourd'hui sur ces valeureux soldats tombés au champ d'honneur et qui furent ensuite inhumés dans des fosses communes.

En ce samedi 17 septembre 2016, une commémoration à laquelle j'ai pu participer, s'est tenue au TREHOU en présence d'une délégation d'une quarantaine d'officiels et d'anciens combattants de MAISSIN. La commune du TREHOU était très honorée de recevoir cette délégation importante et une manifestation du souvenir s'est déroulée sur le lieu même où fut démonté le calvaire breton aujourd'hui remplacé par une petite croix celtique.

Durant cette commémoration, le poème bien connu de SAINT-POL-ROUX fut lu publiquement (poème écrit en hommage à cet acte particulièrement remarqué à l'époque). Dans leurs allocutions, le bourgmestre de MAISSIN et le Maire du TREHOU ont rappelé l'importance des valeurs de liberté si âprement défendues au cours de des deux conflits mondiaux.

16/09/2016

Doit-on avoir peur des migrants ? NON, répondent les "maires solidaires" à propos de CALAIS

marianne.jpgLa situation dramatique de la "jungle" de Calais ne peut laisser personne indifférent.

Déjà une action d’accompagnement de l’accueil des migrants a été conduite depuis 2015. En France, pour s’adapter à la situation, le Gouvernement a réformé l’asile au travers de la loi portant réforme du droit d’asile, votée à une très large majorité en juillet 2015.

Dans le Finistère, quelques dizaine de personnes ont été accueillies depuis décembre 2015 à FOUESNANT, KERLAZ, PLEYBER-CHRIST, SAINT-URBAIN…

Aujourd’hui, B. Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, s’efforce de dégager une solution de démantèlement du centre de Calais et désengorgement de PARIS.

Face à cette perspective d’issue solidaire, les propos de L. Wauquiez, président des Républicains, visent à jouer le jeu de la peur de la division et de l’extrémisme.

Je salue à cet égard "l’Appel des maires" qui met en avant l’exigence de solidarité et de soutien aux valeurs de la République.

Appel des Maires solidaires


A l’heure où la situation dramatique de la jungle de Calais peut enfin trouver une issue solidaire, certains font le choix de jouer le jeu de la peur, de la division, de l’extrémisme. C’est un jeu dangereux qui porte atteinte aux valeurs de la République. Ce choix funeste reviendrait à faire divorcer notre pays de son histoire, de sa culture, de la voix que les peuples du monde ont appris à aimer d’elle.

La crise migratoire résulte des désordres du monde, que nul n’ignore, et contraignent à l’exil des milliers de femmes et d’hommes qui fuient les guerres et les persécutions. Elle concerne l’Europe entière. La France, 5ème puissance mondiale, prend ses responsabilités.

Plus d’1,2 million de femmes, d’hommes et d’enfants ont franchi les frontières extérieures de l’Union européenne au péril de leur vie. La France agit au plan européen, et prend sa part de l’indispensable effort d’accueil des personnes en besoin de protection. Elle démantèle les filières de passeurs qui prospèrent cyniquement sur la détresse des êtres humains. Notre politique migratoire est maîtrisée : la demande d’asile en France, qui s’établit à 65 000 en moyenne annuelle ces dernières années, atteindra 100 000 en 2016. Faire croire à une prétendue invasion migratoire en France est un mensonge dangereux et indigne.

L’Etat agit depuis des mois pour le démantèlement de la jungle de Calais. Il est dans son rôle lorsqu’il organise et finance un accueil digne et maîtrisé des réfugiés et demandeurs d’asile. Et alors que les Français attendent une sortie de crise honorable, le chef de file du parti « Les Républicains », Président de Région Auvergne - Rhône-Alpes et son compère de la Région PACA s’exonèrent honteusement de leurs responsabilités et du devoir de solidarité. Ils ne peuvent se comporter ainsi en chef de Baronnies, incitant les Maires à s’opposer à l’Etat républicain.

Les faits sont têtus : en dépit des contrevérités proférées, l’immense majorité des migrants présents à Calais ne sont pas des migrants économiques irréguliers ; ce sont des hommes, des femmes et d’enfants qui fuient la guerre et les persécutions. La différence est majeure. La France a vocation à leur donner asile. Mensonge également que de soutenir que les migrants économiques irréguliers ne sont pas reconduits : la France reconduit ceux qui n’ont pas vocation à être réfugiés ; cela a été le cas depuis Calais pour plus de 1 300 personnes en situation irrégulière depuis le début de l’année 2016.

Mensonge, enfin, lorsque les mêmes parlent de « mini-Calais ». Depuis neuf mois, 161 Centres d’Accueil et d’Orientation ont été créés en France, dans un dialogue systématique avec les maires de toutes sensibilités politiques. Intégralement financées par l’Etat, ce sont des petites structures, très encadrées, dans lesquelles les associations accompagnent les migrants vers la demande d’asile. D’ores et déjà, ils ont permis l’accueil de 5 500 personnes dans des conditions positives. Qui peut soutenir qu’un grand pays comme le nôtre, 65 millions d’habitants, ne peut dignement accompagner vers l’asile 9 000 personnes en détresse ? Au nom de quel égoïsme la ville de Calais aurait-elle vocation à être abandonnée ? Nous sommes solidaires de Calais, et nous sommes plus nombreux que ceux qui défient la solidarité nationale.

Les mensonges à répétition ne font pas une vérité. Il créent de la peur, de la division, de la haine. Nous ne pouvons laisser installer une situation de tension dans notre pays qui a besoin de rassemblement et de raison. Nous voulons que la France demeure fidèle à ses valeurs. C’est là son honneur.

Nous, Maires solidaires, appelons au respect de la République dans les paroles et dans les actes.

Premiers signataires :

François Rebsamen, Maire de Dijon,
André Laignel, Maire d’Issoudun,
Nathalie Appéré, Maire de Rennes,
Nathalie Nieson, Maire de Bourg-de-Péage,
Noël Mamère, Maire de Bègles,
Jean-François Debat, Maire de Bourg-en-Bresse,
Guy Ferez, Maire d’Auxerre,
Luc Carvounas, Maire d’Alfortville,
Olivier Dussopt, Maire d’Annonay,
Sylvine Thomassin, Maire de Bondy
Jean-Pierre Bouquet, Maire de Vitry-le-François,
Christophe Rouillon, Maire de Coulaines,
Jean-Michel Morer, Maire de Trilport,
Bernard Moraine, Maire de Joigny,
Hélène Burgat, Maire de Mondeville,
Mickael Vallet, Maire Marennes,
Dominique Gambier, Maire de Deville-lès-Rouen,
Wilfried Schwartz, Maire de La Riche,
Michael Weber, Maire de Woelfling-lès-Sarreguemines,
Claire Delande, Maire de Gagnac-sur-Cère

15/09/2016

Quelle PAC en 2020 pour les agriculteurs de l’Ouest ?

Photo 3.jpg

Autour du président de séance, de gauche à droite :
Jacques Carles, Yves Madre et jean Cordier

Alors que le contexte agricole est préoccupant, que le Brexit pose de nombreuses questions sur le futur des politiques européennes et que la PAC va bientôt entrer dans une nouvelle phase de révision, le débat organisé le 14 septembre au Space à Rennes sur la future réforme de la PAC ne manquait pas d’intérêt.

Il est un fait que l’Europe se trouve aujourd’hui au milieu du gué : la libéralisation de la PAC introduite pour la campagne 2014-2020 conduit, comme on le voit pour le lait, à une dégradation catastrophique des prix.

Comment corriger le tir pour l’avenir : Revenir à plus de régulation ? Adopter un système assurantiel "à l’américaine" ? Renationaliser les dispositifs pour laisser davantage de leviers d’actions aux États ? Les propositions entendus ici et là, surtout en cette période pré-électorales, sont assez éclectiques !

Le débat organisé au Space a permis d’entendre les opinions émises par :

  • - Jean Cordier, chercheur à l’Agrocampus,
  • - Jacques Carles, du Think Tank Momagri
  • - Yves Madre, du Think Tank Farm Europe.

Toutes les interventions ont souligné la nécessité de lutter contre la volatilité des revenus agricoles. Mais le système en vigueur aux USA (grâce au Farm Bill) n’est pas apparu pour autant des plus adapté pour une transposition immédiate dans une Économie agricole européenne qui a ses propres spécificités.

Le débat va sûrement s’intensifier sur ce sujet sensible. Il me semble à cet égard que la contribution écrite de la France (la seule à ce jour avec celle de la Hollande) peut constituer une bonne base de travail pour les ajustements à rechercher pour 2020.