Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2017

"Fake News" utilisées contre Najat VALLAUD-BELKACEM : des journalistes se rebiffent enfin !

NVB.jpgAu long du week-end passé, il a beaucoup été question sur les réseaux sociaux de l'agression verbale dont a été victime Najat VALLAUD-BELKACEM à coups de "fake news" lors de l'émission "d'infotainment" sur France 2.

La pratique a hélas eu tendance à s'étendre ces derniers mois, tant aux USA qu'en France : balancer des informations mensongères dans le but de dévaloriser ou déstabiliser l'interlocuteur ou le concurrent politique... Avec TRUMP, on n'était pas surpris d'un tel comportement, tant l'individu ne répugne à aucune méthode déloyale... Mais voir les journalistes recourir à cette technique d'interview calomnieuse ne pouvait manquer de faire naître des questionnements éthiques sur la déontologie de la profession...

Heureusement les choses bougent dans cette profession, à preuve l'article consacré au sujet, par Michel BECQUEMBOIS dans le journal Libération daté du 22 mai 2017 et intitulé "VALLAUD-BELKACEM, « On n'est pas couché » et les fake news". Lire l'article

Il y a effectivement du chemin à refaire pour restaurer une vraie objectivité dans l'information de nos concitoyens.

28/02/2017

Quand le thème du chômage rend hilares les "suffisants" de la télé...

poutou.pngDans un article du 27 février du journal "Le Monde", Luc VINOGRADOFF revient sur une émission d'infotainment d'une chaîne publique dans laquelle "le candidat NPA à l'élection présidentielle, Philippe POUTOU, s'est retrouvé au cœur d'éclats de rire des animateurs de l'émission quand il a été question de licenciements" : lire l'article ici

Je crois pour ma part qu'on ne peut que s'indigner de tels comportements manifestés sur une chaîne publique.

Une telle désinvolture est hélas devenue chose courante dans ce type d'émission de l'entre-soi parisien.

Peut-être les responsables politiques ou candidats feraient-ils bien de se demander si leur place est dans ce genre d'exercice.

23/12/2016

Meilleurs vœux 2017 à toutes et à tous

voeux 2017.png

08/12/2016

Quand le Pape François parle de coprophilie(1)...

IMG_7395.JPGEvoquant la tendance accentuée de notre société à se nourrir d'informations bidonnées émanant de la presse à scandales et de médias peu scrupuleux, le Pape François n'y va pas par quatre chemins et parle, dans une interview récente au journal belge Tertio, d'une sorte d'explosion de la "coprophilie".

Les médias visés sont selon lui avant tout soucieux de "répandre les scandales des choses abominables quelle qu'en soit la part de vérité" et seraient de plus en plus "utilisées dans la politique comme outil de diffamation !"

Le fait est qu'un énorme "business" s'est constitué autour de l'information non vérifiée, déconnectée et parfois même "trash" : pour certains médias tout est bon pour faire de l'audience et gagner de l'argent.

Mais ce qui inquiète aujourd'hui dans nombre de pays démocratiques, c'est le recours à des techniques de désinformation pour influer gravement sur l'opinion des électeurs. Ainsi, aux USA et en Grande-Bretagne, un débat s'est récemment instauré au sujet du rôle pernicieux qui a pu être exercé par les "médias à sensation" en faveur de l'élection de TRUMP ou du BREXIT !

En vue de préserver le fonctionnement démocratique de nos sociétés, il n'est sans doute pas mauvais de mieux braquer les projecteurs sur la "coprophilie" !

(1) Coprophilie : régime alimentaire des organismes qui se nourrissent d'excréments.

02/06/2016

Quand des Staffers américains s'interrogent sur l'avenir de la France

Staffers américains, Etats-Unis, sécurité, contestation syndicaleJ'ai reçu ce 2 juin au Sénat une délégation de Staffers du Congrès américain :

Jamie FLY (Républicain), Sophia LALANI (Démocrate), Colin McGINNIS (Démocrate), Tom ALEXANDER (Républicain), Sarah ARKIN (Démocrate) et John NEAL (Républicain).

L'objet de cette visite en France portait sur la sécurité et l'échange d'informations entre les USA et la France.

Le sujet de la situation économique et politique a aussi fait l'objet d'un échange approfondi, nos interlocuteurs américains s'interrogeant très ouvertement sur la montée en puissance des mouvements violents de contestation syndicale dans notre pays.

Staffers américains, Etats-Unis, sécurité, contestation syndicaleFrançois MARC et la délégation de Staffers américains, le 2 juin 2016

01/04/2016

La commune de SANTEC pense à ses anciens et aux handicapés

IMG_1695.JPGDevant le chantier de construction des dix logements, François MARC et Bernard LE PORS, Maire de SANTEC.

Ce 1er avril 2016 j'ai pu visiter avec le maire Bernard LE PORS le chantier visant à construire au bourg de SANTEC de 10 logements destinés aux personnes âgées dépendantes et aux handicapés.

C'est là, un effort louable de la commune qui a du fournir le foncier et qui va réaliser tous les aménagements permettant une utilisation optimale de ce bloc de logements locatifs.

La volonté de la commune de SANTEC d'investir des moyens financiers dans une opération de ce type doit être soulignée et encouragée.

30/03/2016

Réaction du groupe socialiste du Sénat suite à l'intervention du Président de la République sur la révision constitutionnelle

révision constitutionnelle,attentats,déchéance de nationalité,majorité sénatoriale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Chef de l’État a pris acte du refus de la droite de modifier notre Constitution là où la gauche avait fait le choix du compromis national. Ce refus est regrettable alors que notre pays a besoin de rassemblement. C’est une occasion ratée.

Souvenons-nous des terribles attentats du 13 novembre qui ont endeuillé la France, traumatisé les Français et fait de nombreux morts et blessés. Le but des terroristes était d’abattre les symboles de la France, de déchirer notre pacte républicain, d’abîmer notre façon de vivre, de fracasser notre jeunesse. Rappelons-nous dans quelle situation se trouvait le pays. Incertitudes sur la suite de ces actes odieux, inquiétudes quant à la solidité de notre vivre-ensemble.

La France a été visée, la France a été blessée, la France a été meurtrie. Mais parce que la France est la France, elle est restée debout.

Cette unité des Français s’est faite derrière les valeurs de notre république, derrière notre modèle démocratique.

Parce que l’unité du pays était la priorité absolue, le Président de la République a proposé aux parlementaires réunis en Congrès de réformer la Constitution.

Cette réforme avait pour objectif d’intégrer à notre texte fondamental «l’état d’urgence» et «la déchéance de nationalité pour les criminels terroristes condamnés».

Le 10 février, l’Assemblée Nationale a voté une réforme équilibrée qui rassemblait les 3/5ème des députés, seuil requis pour modifier la Constitution. Après de longs débats, la gauche et la droite ont chacune fait un pas l’une vers l’autre pour arriver à un compromis, seule possibilité pour une réforme constitutionnelle.

Le 22 mars, le Sénat a voté à une très courte majorité un texte totalement différent, stigmatisant les bi-nationaux. Ce vote ne permet pas de réformer la Constitution puisque le seuil des 3/5ème n’est pas atteint. Seuls 2 groupes politiques sur les 6 que compte le Sénat se sont exprimés en ce sens.

Une réforme constitutionnelle est un compromis, c’est un rassemblement transpartisan des parlementaires. Les Français souhaitent cette réforme. La majorité sénatoriale est revenue sur la proposition de compromis des députés en privilégiant ses débats internes par rapport à l’intérêt national.

En modifiant le texte ainsi, la droite sénatoriale a rompu l’équilibre droite/gauche obtenu à l’Assemblée et a sonné le glas de cette réforme.

Mais ne perdons pas de vu l’essentiel : la protection de la Nation.

Le groupe socialiste souhaite donc que le texte sur la lutte contre le terrorisme, actuellement débattu au Sénat, ne soit pas lui aussi otage d’une surenchère polémique. L’esprit de rassemblement et d’unité doit retrouver toute sa place.

22/03/2016

Déchéance de nationalité : la majorité sénatoriale détricote le compromis de l'Assemblée nationale

déchéance de nationalité,constitution,congrès de versailles,compromisComme tous mes collègues sénateurs du groupe socialiste, j'ai ce jour voté contre la proposition du Président Larcher et de ses collègues "Les Républicains" de détricoter le compromis trouvé à l'Assemblée nationale pour l'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité.

On sait que ce compromis avait été voté par plus des 3/5ème des députés, ce qui ouvrait la porte à une réunion conclusive du Congrès à Versailles.

Je regrette donc que cette volonté de compromis exprimée par des députés de gauche et de droite ait été rejetée au Sénat pour d'obscures raisons politiciennes, sans doute en lien avec la future primaire "Sarkozy-Juppé-Fillon"...

Cette position de repli me paraît très regrettable, surtout au regard du besoin d'unité qui doit nous guider dans cette période troublée.

02/03/2016

Primaires US : Bernie SANDERS continue à surprendre

élections américaines, primaire, Bernie Sanders, socialisteA 74 ans, Bernie Sanders continue d'apporter un souffle d'air frais et de jeunesse dans cette élection primaire aux Etats-Unis.

Nul ne l'ignore, le système électoral américain est tellement sous influence des pouvoirs d'argent et de "l'establishment" que B. Sanders, en bon candidat "socialiste", n'a pratiquement aucune chance d'être désigné à la primaire, même si les victoires obtenues dans de nombreux Etats suscitent en sa faveur une réelle considération...

On ne peut manquer de souligner que, scrutin après scrutin, les électeurs de moins de 40 ans apportent massivement (près de 70%) leur soutien à Bernie Sanders.

C'est dire que pour la génération montante et les jeunes actifs, ce candidat apporte incontestablement quelque chose de nouveau et de rassurant dans un pays confronté à un creusement accentué du fossé entre riches et pauvres, entre jeunes et moins jeunes, entre le peuple et "l'establishement"...

C'est tout le mérite de "Sanders senior" de porter dans cette confrontation un message d'espoir pour la jeunesse et pour les salariés modestes.

Bernie Sanders dit vouloir continuer à se battre "pour transformer l'Amérique". Depuis plusieurs mois il a indiqué que "le but de cette campagne n'est pas juste d'élire un président, c'est aussi de faire une révolution politique".

Il n'est en tout état de cause pas inintéressant de prendre connaissance du dernier sondage qui indique que s'il était désigné par le parti Démocrate, Bernie Sanders battrait Donald Trump ou tout autre candidat beaucoup plus facilement que ne le ferait Hillary Clinton !

11/01/2016

ARTIPS : une dose d'art au quotidien

françois marc, artips, art, quotidien"L'Art lave notre âme de la poussière du quotidien". Faisant sienne cette assertion de Pablo PICASSO, la jeune société ARTIPS met gratuitement à la disposition de chacun "une dose d'art au quotidien".

En s'abonnant à ARTIPS, on reçoit trois fois par semaine par email une anecdote sur une œuvre d'art.

Une bonne façon de s'aérer l'esprit : www.artips.fr

All the posts