Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

Madame LE PEN "à la ramasse" sur la pêche

marine le pen, brexit, pêche, françois marc,sénateur françois marc,finistère,bretagne,pêche,marine le pen,emmanuel macron,présidentielles 2017,sénat,brexitLe JT de France 2 a présenté ce jeudi 27 avril à 20h00 de "belles" images de Madame LE PEN embarquant aux aurores sur le bateau d’un militant du Front National, pêcheur de son état. Dans cette longue séquence consacrée au sujet de la pêche, il n’a malheureusement à aucun moment été question du sujet d’inquiétude essentiel des pêcheurs français aujourd’hui, à savoir celui des conséquences dramatiques du BREXIT.

Le sujet est si important que le Sénat avait jugé opportun de réunir le 4 avril en urgence (hors session) un groupe d’audition du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM). Deux chiffres essentiels avaient été à cet égard rapportés le 4 avril dernier sur ce blog :

  1. La pêche française dépend à 24% des zones de pêche britanniques.
  2. En cas de BREXIT, les revenus de la flottille européenne pourraient chuter de 50%.

Inutile de dire que les thèses de Madame LE PEN en faveur du BREXIT et d’un repli national généralisé en Europe vont exactement à l’inverse des intérêts de la pêche française aujourd’hui ! En voulant réduire à néant la réglementation européenne sur ce sujet comme sur d’autres, Madame LE PEN apparait implicitement favorable à une réduction dramatique de nos zones de pêche en mer. Impensable !

Le plus étrange dans cette affaire c’est que pour ce sujet N°1 du JT de 20h00 de cette chaîne publique "d’informations", aucune question n’ait été posée à la candidate du Front National sur ce qui est le principal et quasiment unique sujet de préoccupation de la pêche française en ce moment !

Triste spectacle télévisuel…

Sur le même sujet :
Brexit : les pêcheurs français en alerte

20/04/2017

Veulent-ils tuer la paix en Europe ?

index.jpgA l'occasion du 60ème anniversaire de la création de la communauté européenne, les thèmes de la réconciliation et de la paix ont été largement évoqués. Nul ne peut en effet oublier que c'est pour restaurer la concorde, réconcilier les peuples et garantir la paix que la communauté européenne s'est mise sur pied au sein de l'Europe de l'ouest.

Or, lors de cette campagne pour les élections présidentielles françaises, des propos inquiétants ont été entendus dans la bouche de nombreux candidats :

  • - "Défaire l'Union",
  • - "Défaire l'Euro",
  • - "Renégocier les traités",
  • - "Construire des murs entre nations européennes."

Ce 19 avril 2017, tous ceux qui croient à la paix en Europe n'ont pu qu'être scandalisés en entendant Monsieur PHILIPPOT , numéro 2 du Front National, piétiner le drapeau européen en le qualifiant de "torchon oligarchique" !!

J'espère pour ma part que les électeurs français ne se laisseront pas instrumentalisés par ce type de discours haineux. Qu'ils aient à l'esprit que dans l'histoire du monde, la haine, le nationalisme exacerbé et la xénophobie ont invariablement conduit à la guerre.

10/04/2017

Une "manifestation pour l’amour" dans la capitale suédoise

2078740_ca-se-passe-en-europe-la-suede-apres-lattentat-entre-amour-et-securite-accrue-web-tete-0211958103196_1000x533.jpgCe vendredi 7 avril, un camion a foncé sur la foule en plein centre-ville de Stockholm. Cet attentat a fait quatre morts et 15 blessés.

En tant que président délégué du groupe interparlementaire d’amitié France-Suède, j’adresse mes condoléances attristées aux familles des victimes et je condamne ce nouvel acte de barbarie. Je m’associe au recueillement de la population, rassemblée en masse ces dernières heures.

Alors que le pays est en deuil, une "manifestation pour l’amour" se tiendra ce lundi, plaidant en faveur du maintien d'une "société ouverte et tolérante". Je salue ces mots d’ordre appelant à une société bienveillante et ces Suédoises et Suédois qui dépassent ainsi leur angoisse.

Chacun connait la longue tradition d’ouverture et de générosité du peuple suédois

La politique d’asile de la Suède est en effet l’une des plus accueillantes d’Europe ; le pays ayant accueilli un gros contingent de réfugiés. Ceci est d’autant plus singulier quand on sait que la montée des populismes accentue la méfiance des Européens vis-à-vis des migrants.

La lutte contre le terrorisme nous concerne tous ; les lieux les plus fréquentés étant la cible de ces attaques barbares. En témoignent les récents drames de Tanta et Alexandrie en Egypte, de Saint-Pétersbourg, de Londres…

04/04/2017

Brexit : les pêcheurs français en alerte

brexit,europe,pêche,pêcheurs,comité national des pêches maritimes,from nordCe mardi 4 avril, le Sénat procédait à l'audition du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM) ainsi que du Directeur du Fonds régional d'organisation du marché du poisson "FROM Nord" (voir la vidéo).

La perspective du Brexit et les conséquences pour tout ce secteur étaient au coeur des discussions devant notre Commission des Affaires européennes.

Les chiffres cités sont impressionnants :

1/ Les pêcheurs français capturent 100 000 tonnes de poisson chaque année dans les eaux britanniques. Le chiffre est de 676 000 tonnes pour l'ensemble des pêcheurs européens (non britanniques).

2/ La pêche française dépend à 24% des zones de pêche britanniques.

3/ En cas d'interdiction de pêche dans les eaux anglaises, les revenus de la flottille européenne chuteraient de 50% !

Tout ceci indique que si le Brexit aboutissait à remettre en cause l'accord de 1983 sur les 200 miles nautiques, toute la façade atlantique s'en trouverait affectée.

Raison de plus donc de regarder de très près cette négociation sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

brexit,europe,pêche,pêcheurs,comité national des pêches maritimes,from nordInfographie publiée sur le site du Télégramme en novembre 2016

24/03/2017

#Europetogether : Joyeux 60ème anniversaire à l’Europe !

banner_reps_719x265_fr.jpgComme tout projet collectif, l’Europe a besoin de se réinterroger pour avancer. Voilà 60 ans que la Communauté européenne s’est créée avec le Traité de Rome conclu un 25 mars 1957.

En 60 ans, les défis se sont considérablement modifiés et les enjeux de 1957 ne sont évidemment plus ceux de 2017.

Comment les 27 États de l’Union européenne entendent-ils la manière dont l’Europe doit par exemple relever le dossier du changement climatique, celui des migrations, celui de la sécurité, celui des nouvelles technologies, celui de l’influence économique moindre, celui des conséquences de la crise économique, celui du vieillissement de la population, celui de la montée du populisme et de la rhétorique nationaliste ? Ensemble, nous avons aujourd’hui la responsabilité de choisir ce que sera l’avenir de l’Europe.

Dans le cadre de la réflexion des prochains mois, il y aura notamment à se prononcer sur la dimension sociale de l’Europe, sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, sur la maîtrise de la mondialisation, sur l’avenir de la défense de l’Europe ou encore sur l’avenir des finances de l’UE.

Pour préparer cette discussion citoyenne que nous devons mener ensemble et d’ici aux élections européennes de juin 2019, je vous invite à prendre connaissance du livre blanc sur l'avenir de l'Europe, qui offre un aperçu de ce que pourrait être l’état de l'Union dans le futur, en fonction de cinq scenarios différents.

16/03/2017

Sortir de l'euro ? Les plus modestes en paieraient le prix !

sigle-EU.jpgOn sait combien le Front national réclame la fin de l’Union européenne et accuse l’Europe d’être la cause des maux dont souffre notre pays.

Alors que la sortie de l'euro est même l'un des principaux thèmes de campagne du FN, le think tank TERRA NOVA vient de publier une note présentant les conséquences détaillées d'une sortie de la monnaie unique européenne.

Le Front national a beau prétendre défendre l'intérêt des classes populaires pour justifier la restauration de la souveraineté nationale en matière monétaire, cette analyse démontre qu'une sortie de l'euro leur serait au contraire extrêmement défavorable.

Dans un tel cas de figure, ce sont bien "les petits qui paieront", au côté des classes moyennes, et ce via un quadruple canal :

  • - le renchérissement des biens importés ;
  • - l’augmentation de la charge de la dette publique ;
  • - la perte de valeur de l’épargne ;
  • - et enfin les dommages causés à l’économie par une nouvelle crise financière qui pèserait négativement sur les perspectives de croissance et d'emploi.

Autant d'effets dévastateurs qui justifient de lutter vigoureusement contre cette mesure défendue par le parti de Madame LE PEN !

28/02/2017

Après le Brexit : le financement de l’UE en danger ?

conf fm cejm.pngCe lundi 27 février 2017, j’étais invité à animer une conférence organisée dans le cadre des "Rendez-vous d’Europe". Ce cycle de 9 conférences est proposé par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS)-Centre d’excellence Jean Monnet de Rennes et l’Association Europe Rennes 35.

A quelques jours des célébrations du 60ème anniversaire de la signature du Traité de Rome instaurant la Communauté économique européenne (le 25 mars 2017), ces conférences posent la question suivante : "Quel projet européen à l’heure du Brexit ?", car bien au-delà de l’avenir des relations entre le Royaume-Unis et l’Union Européenne, le Brexit remet au cœur des débats le projet européen dans sa globalité.

Lire mon intervention.

08/02/2017

Rencontre avec une délégation du Parlement suédois

france, suède, parlementaires, Riksdag, Brexit, Europe, Union européenneEn tant que Président délégué pour la Suède du groupe d'amitié France-Europe du Nord, je participais ce matin à une rencontre avec une quinzaine de membres de la Commission des Lois du Riksdag, le Parlement suédois.

Nos échanges ont en particulier porté sur les conséquences du BREXIT, tant sur les plans économique et financier que d'un point de vue politique et géostratégique.

Nous avons également pu évoquer la question du financement de l'Union européenne, ainsi que les nouveaux enjeux sécuritaires auxquels l'Europe est aujourd'hui confrontée.

Les parlementaires du Riksdag ont en outre manifesté un vif intérêt pour la situation politique française à la veille des élections présidentielle et législatives...

france, suède, parlementaires, Riksdag, Brexit, Europe, Union européenneRencontre avec une délégation du Parlement suédois, le 8 février 2017

01/02/2017

Quelles ressources demain pour l'UE ? Les suites du rapport MONTI...

Union européenne, Europe, ressources propres, financement, recettes, Marion MontiLe financement de l'Union européenne pose question depuis de nombreuses années. Le sujet sera encore plus brûlant si le Brexit se trouve concrétisé demain.

Comment asseoir les ressources financières alimentant le budget européen ? Le rapport très récent du groupe présidé par Marion MONTI apporte des pistes de travail intéressantes sur le sujet.

C'est pour débattre de cette question majeure que j'ai participé, les 30 et 31 janvier à Bruxelles et le 1er février au Sénat, aux réflexions et débats engagés sur ce thème.

Les solutions dégagées doivent permettre de mieux mettre en avant ce qu'est la valeur ajoutée européenne. Et sur les recettes, l'ambition annoncée ne peut que rallier tous les pro-européens puisqu'elle vise à économiser sur les budgets des Etats-membres tout en "procédant à une meilleure orientation des dépenses de l'Union vers des politiques à plus forte valeur ajoutée".

Union européenne, Europe, ressources propres, financement, recettes, Marion Monti

Marion MONTI et Alain LAMASSOURE au Sénat le 1er février 2017

union européenne,europe,ressources propres,financement,recettes,marion montiRéunion à Bruxelles des parlementaires délégués des 28 pays de l'UE, le 31 janvier 2017

07/01/2017

Le Brexit aurait-il coupé l’appétit des Britanniques ?

asset-29408333941aabe04fe5.jpgLa chaîne du célèbre chef cuisinier Jamie Oliver va très bientôt fermer plusieurs restaurants en Grande-Bretagne. En cause selon le chef : Le Brexit !

Est-ce donc que le Brexit aurait coupé l’appétit des Britanniques ? Pas exactement ou au moins, pas directement.

Certes depuis le Brexit, cette chaîne "Jamie’s italian" a noté une baisse de la fréquentation dans ses restaurants un peu partout en Grande-Bretagne.

Mais il semble que ce soit surtout la baisse de la livre anglaise de près de 15% qui ait amené un renchérissement des ingrédients utilisés (importés pour une part significative).

On peut donc penser que ce n’est pas l’appétit des britanniques qui est en cause… C’est surtout le fait qu’après le vote du 23 juin 2016, la livre en forte baisse a appauvri les consommateurs anglais au regard du coût  des produits importés.

Au fond, on n’est pas vraiment surpris de voir qu’à travers ce modeste exemple la tendance au repli sur soi  provoque inévitablement des effets pervers en chaîne très préjudiciables.

Bon appétit tout de même.. !

All the posts