Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2017

7 mai 2017 : soulagement, inquiétude, espoir

index.jpg

Communiqué de presse du sénateur François MARC (07.05.17)

Soulagement

  1. E. MACRON, porteur des valeurs républicaines fondamentales, est élu au détriment de la candidate du FN, porteuse de valeurs de repli et de "chacun pour soi".

Face aux angoisses d’un monde en ébullition, la France reste porteuse, grâce au président élu, d’un message généreux de liberté, égalité, fraternité. Ouf !

Inquiétude

Avec un score de 35%, soit le double du score réalisé à la présidentielle de 2002 par le candidat du Front national, l’extrême droite réalise en France une montée en puissance terriblement inquiétante. Mais au-delà du score, ce qui inquiète le plus c’est le quasi-renoncement de certaines forces démocratiques, notamment à gauche, face à l’affirmation sans retenue de "valeurs de haine". Ce 2ond tour des Présidentielles a, hélas, conduit au constat d’une dégénérescence du combat anti-fasciste unitaire et déterminé qui avait mobilisé la gauche française depuis 1945.

Espoir

En mettant en avant un programme bâti autour du respect des valeurs démocratiques, le Président MACRON a fait des annonces prometteuses sur des sujets majeurs habituellement jugés prioritaires par les sociaux-démocrates :

  • - Solidarités préservées, voire renforcées ;
  • - Actions ambitieuses pour la jeunesse ;
  • - Indispensable compétitivité de l’Économie française ;
  • - Affirmation d’une démarche d’ouverture à l’Europe et au monde.

Des questions politiques restent bien sûr posées, en particulier quant aux actions qui seront conduites pour renforcer l’égalité entre citoyens et collectivités.

Pour faire de ce quinquennat un quinquennat utile, il me parait  dans ces conditions souhaitable que des concertations soient engagées entre forces sociaux-démocrates organisées afin de bâtir au plus vite une plate-forme programmatique de synthèse. A cette fin, l’exigence d’un vrai travail collectif devra être réhabilitée au détriment du chacun pour soi, de l’esprit de boutique ou de l’addiction à la fronde.

Ayons à l’esprit que si ce quinquennat n’était pas une réussite et révélait un climat politique dégradé, tout particulièrement au sein du camp des démocrates, la sanction risquerait d’être lourde en 2022 avec une porte largement ouverte à l’extrême droite.

05/05/2017

Second tour de la présidentielle : podcast de mon interview en breton pour "radiobreizh"

627b8cfd1b740e7cc9e14443a17ce422.jpg

pour blog.jpg

 

Ce jeudi 4 mai 2017, j’ai eu plaisir à répondre aux questions du journaliste Erwan Blanchard, qui pour "radiobreizh",  m’a interrogé en breton sur les deux thèmes ci-dessous (interview en podcast) :

 

 

 

  1. Quel est le regard de François Marc sur la campagne électorale du second tour ? à podcaster

'Benn disul 'vo dalc'het eil tro ar votadegoù da dilenn prezidant Republig Bro-C'hall. An dibab 'vo etre Emmanuel Macron, danvez prezidant "En marche", ha Marine Le Pen, danvez prezidant Front Nazional. Abaoe pempzektez emañ o daou 'mañ o kaballiñ 'vit kaout ar plas politikel uhelañ 'zo 'ba Frañs. Petra eo soñj François Marc, senedour PS 'ba bro Landerne, war ar mod eo tremenet ar prantad kaballiñ 'mañ. Selaouomp 'nañ ouzh mikro Erwan Blanchard. 

  1. Un des thèmes fondamentaux de cette élection: l'appartenance à l'Europe. à podcaster

'Benn disul 'vo dalc'het eil tro ar votadegoù da dilenn prezidant Republig Bro-C'hall. An dibab 'vo etre Emmanuel Macron, danvez prezidant "En marche", ha Marine Le Pen, danvez prezidant Front Nazional. Abaoe pempzektez emañ o daou 'mañ o kaballiñ 'vit kaout ar plas politikel uhelañ 'zo 'ba Frañs. Evit François Marc, 'zo senedour PS 'ba bro Landerne, 'zo un tem a-bouez 'ban dilennadegoù 'mañ eo tem Unanviezh Europa. Emañ ouzh mikro Erwan Blanchard. 

04/05/2017

BREST : Rassemblement citoyen pour le rejet des idées de haine du FN

photo blog.jpgJe participerai ce jeudi au rassemblement citoyen organisé Place de Liberté à Brest à 18h30, appelant à faire barrage au Front national et à l’extrémisme, à la xénophobie, au nationalisme, au racisme, au repli et à l’exclusion de la différence.

Les prétendues solutions prônées par Madame LE PEN sont extrêmement dangereuses pour notre pays et n’aboutiraient qu’à dresser les Français les uns contre les autres.

Pour promouvoir les idées de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, il est donc essentiel de permettre au vote MACRON d’obtenir le poids le plus large possible dimanche prochain.

Le vote MACRON doit au surplus contribuer à consolider la social-démocratie en Europe (voir ma note du 23 avril 2017) à un moment de l’histoire où les vents mauvais du nationalisme créent un contexte inquiétant pour la paix et les valeurs humanistes.

03/05/2017

Madame LE PEN et l’agriculture : danger pour nos exploitants

th-800x450-plan-agri-agro.jpg.jpgDans les propositions qu’elle avance, la candidate du Front national envisage de sortir de la PAC (Politique agricole commune). Les enjeux budgétaires liés à la PAC sont pourtant majeurs puisque la France perçoit 9,1 milliards € chaque année euros pour ses agriculteurs.

En cas de "Frexit", beaucoup de questions sans réponse seraient posées et un certain nombre de risques ont d’ores et déjà été identifiés et dénoncés par les professionnels du monde paysan :

  • - Diminution des opportunités commerciales à notre pays qui, rappelons-le, est le premier exportateur de produits agricoles dans l'Union européenne.
  • - Fermer les frontières ne protègerait pas les paysans mais accélèrerait au contraire leur disparition faute de débouché.
  • - Fragilisation des agriculteurs puisque perte de la garantie sur le régime de paiement de base et perte de tout filet de sécurité en matière de revenu.
  • - Perte de revenu pour les agriculteurs (estimée à 25 000 euros par ferme).
  • - En cas de retour au franc, perte de compétitivité de notre agriculture.
  • - En cas de retour au franc, explosion des taux d'intérêt, rendant impossible pour beaucoup de rembourser le crédit de leur exploitation agricole.

Est-ce cela que l’on souhaite pour nos agriculteurs ?

02/05/2017

Les mesures "anti-culture" du FN : un danger pour la Bretagne

le-cornouaille-90-ans-levenement-en-bretagne.jpgCe soir, le monde de la culture se rassemble "contre le FN" à la Cité de la musique à Paris. Derrière cette mobilisation, associations et syndicats de la culture appellent à "faire barrage au FN" et à "ses idées antidémocratiques de rejet de l’autre et de repli sur soi dans une société identitaire et fragmentée".

La culture est ce bien commun qui fonde le vivre-ensemble et pour notre territoire, la vitalité culturelle de la Bretagne est aussi source d’attractivité.

Au sein de notre région, ce sont 22 000 actifs qui œuvrent dans le secteur de la culture : artistes, cadres, techniciens, ouvriers du spectacle, photographes, artisans d’art, professions littéraires, journalistes, scénaristes, architectes, professeurs d’art, chargés de documentation et de conservation du patrimoine… On voit mal comment les thèses frontistes en matière de politique culturelle pourraient décemment préserver pour ces actifs, la liberté de penser et de créer, la liberté d'inventer et d'affirmer, la liberté d'interpréter.

En appelant à la préférence nationale et au mécénat populaire, le Front national défend des mesures à proprement parler "anti-culture" : création d’un salon annuel de "l'art caché", soumission "hiérarchique" des directeurs des grands établissements culturels aux "représentants politiques", révision de la composition du CSA, remise en cause du statut d'intermittent du spectacle,  défense de l'identité culturelle nationale et de la francophonie jugée "aujourd'hui en échec", soutien à la promotion des pratiques traditionnelles de la "civilisation" française, protection et l'usage de la langue française etc.

Voter Marine LE PEN le 7 mai prochain reviendrait à mettre un frein à cette vitalité bretonne qui fait la force de notre territoire.

Portrait statistique de la culture en Bretagne

01/05/2017

Madame LE PEN ou la préférence du "chacun pour soi" territorial

index.jpgindex.jpgindex.jpgAu premier tour des présidentielles, Madame LE PEN a remporté ses meilleurs scores dans les communes les plus petites. Comme j’ai déjà pu l’exprimer, le retour à une "logique de clocher", telle que défendue par le Front national, s’avérerait pourtant néfaste pour les petites communes rurales.

Du point de vue de l’organisation territoriale, le Front national ne souhaiterait en effet garder que trois niveaux : les communes, les départements et l’État et supprimerait donc les régions et les intercommunalités. Une partie des compétences régionales actuelles iraient au département (lycées par exemple) tandis que d’autres reviendraient à l’État (telles que les TER) avec, en parallèle, un transfert des agents concernés.

En voulant tuer l’intercommunalité, Madame LE PEN tend à réhabiliter le vieux slogan si largement entendu en France il y a trente ans pour combatte la mise sur pied des intercommunalités : "mieux vaut un petit chez soi qu’un grand chez les autres" !

Mais quel niveau de services publics peut-on espérer en agissant seul contre les autres ? Défenseur de la première heure de l’esprit communautaire, j’ai pour ma part toujours eu la conviction profonde de la nécessité de solidarité dans l’effort de mobilisation collective et de recherche d’une meilleure qualité de services publics.

Sur le même sujet :

L’intercommunalité : voilà l’ennemi !

29/04/2017

Appel des socialistes au vote MACRON le 7 mai 2017

tract 7 mai.jpg

28/04/2017

Madame LE PEN "à la ramasse" sur la pêche

marine le pen, brexit, pêche, françois marc,sénateur françois marc,finistère,bretagne,pêche,marine le pen,emmanuel macron,présidentielles 2017,sénat,brexitLe JT de France 2 a présenté ce jeudi 27 avril à 20h00 de "belles" images de Madame LE PEN embarquant aux aurores sur le bateau d’un militant du Front National, pêcheur de son état. Dans cette longue séquence consacrée au sujet de la pêche, il n’a malheureusement à aucun moment été question du sujet d’inquiétude essentiel des pêcheurs français aujourd’hui, à savoir celui des conséquences dramatiques du BREXIT.

Le sujet est si important que le Sénat avait jugé opportun de réunir le 4 avril en urgence (hors session) un groupe d’audition du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM). Deux chiffres essentiels avaient été à cet égard rapportés le 4 avril dernier sur ce blog :

  1. La pêche française dépend à 24% des zones de pêche britanniques.
  2. En cas de BREXIT, les revenus de la flottille européenne pourraient chuter de 50%.

Inutile de dire que les thèses de Madame LE PEN en faveur du BREXIT et d’un repli national généralisé en Europe vont exactement à l’inverse des intérêts de la pêche française aujourd’hui ! En voulant réduire à néant la réglementation européenne sur ce sujet comme sur d’autres, Madame LE PEN apparait implicitement favorable à une réduction dramatique de nos zones de pêche en mer. Impensable !

Le plus étrange dans cette affaire c’est que pour ce sujet N°1 du JT de 20h00 de cette chaîne publique "d’informations", aucune question n’ait été posée à la candidate du Front National sur ce qui est le principal et quasiment unique sujet de préoccupation de la pêche française en ce moment !

Triste spectacle télévisuel…

Sur le même sujet :

Brexit : les pêcheurs français en alerte

27/04/2017

Pourquoi il est impératif d'aller voter… et de voter Macron le 7 mai...

18058066_1197081127067728_6381863700337856449_n.jpgCréditée dans les sondages d'un score d'au moins 40% au second tour, Mme LE PEN n'est plus très loin des portes du pouvoir en France !

Qui aurait pu penser au lendemain de la 2ème guerre mondiale (50 millions de morts) que, 70 ans après, les Français se laisseraient aller à voter à un score si élevé pour la représentante d’un courant politique de sensibilité fasciste et xénophobe ?

Quels regards suppliants nous réserveraient aujourd'hui ces millions de victimes du nazisme s'ils étaient en capacité de manifester leurs sentiments à l'égard de notre monde déboussolé ?

A n'en pas douter, notre responsabilité individuelle et collective est interpellée de manière cruciale... Car, on ne peut l'ignorer, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets !! Les idéologies de haine conduisent inévitablement à la guerre...

J'incite par conséquent chacun à bien mesurer les risques pour notre pays d'un vote le Pen mais aussi les risques de l'abstention... Car une abstention record serait une chance considérable donnée au Front National d'asservir durablement notre pays. Il est donc essentiel que chacun aille voter le 7 mai.

Voter Macron est la seule façon de dire non au Front National et à son idéologie inacceptable. Dire NON au vote LE PEN, c'est dire NON à la haine de l'autre, au racisme, au populisme nationaliste.

Le 8 mai, nous rendrons comme chaque année hommage, devant nos monuments aux morts, aux victimes du nazisme...  Mais dès le 7 mai, en se rendant aux urnes, chacun devra déjà avoir à l'esprit le sacrifice considérable de nos familles il y a seulement quelques dizaines d'années... La paix doit rester notre bien commun.

Votons tous MACRON le 7 mai.

25/04/2017

Un contexte porteur pour l’emploi en Bretagne

Des mois durant, les mauvaises augures n’ont pas manqué de tirer à boulets rouges sur les efforts entrepris durant ce quinquennat pour rendre nos entreprises plus compétitives (40 Md € de baisse de charges pour soutenir la compétitivité des entreprises, 47 Md € pour le programme d’investissement d’avenir, et 10 Md€ supplémentaires en 2017 pour le PIA 3, mobilisation de contrats de filière, choc de simplification, avec 415 mesures permettant d’économiser 5 Md€/an, rétablissement d’un taux d’imposition réel à l’IS équivalent entre PME et grandes entreprises…).

Les prédictions les plus pessimistes n’ont pas trouvé à se vérifier. En témoignent les perspectives d'embauche qui atteignent leur meilleur niveau depuis 15 ans. Nos entreprises, grâce au soutien qui leur a été apporté, ont redressé leurs marges et investissent à nouveau. Notre économie s’est remise à créer des emplois.

Selon l’enquête "Besoins en main d'œuvre" publiée récemment par Pôle emploi, les entreprises françaises envisagent de recruter 1,976 million de personnes en 2017 (+ 150 000 projets d’embauches de plus qu’en 2016, soit + 8,2 %, après une augmentation de 5,1 % en 2016). La part des emplois durables (CDI et CDD de plus de 6 mois) parmi ces embauches augmente également (+ 1,2 point).

Cette hausse record des perspectives d’embauches en 2017 témoigne du redressement de l’activité économique.

Je relève en outre que, selon une étude du moteur de recherche d’offre d’emploi "Adzuna", la Bretagne figure parmi les 4 régions présentant la meilleure situation en matière d’emploi. Cette étude établit le rapport entre le nombre de chômeurs par offre d’emploi. De ce point de vue, la moyenne nationale est de 7,6 chômeurs par offre d’emploi, quand en Bretagne nous sommes à 7 chômeurs par offre d’emploi.

All the posts